Rechercher

Peut-on sauver tout le monde ?

Il y a peu, j'ai dû faire face à un deuil. Une personne de mon entourage, chère à mon coeur, à décidé de mettre un terme à son passage sur terre.



Le suicide renvoit à l'entourage une enorme culpabilité, un peu comme si nous avions faillit à notre rôle. "Qu'est-ce que j'ai fait ? Qu'est-ce que je n'ai pas fait ? Qu'aurais-je pu faire pour éviter cela ? Et si j'avais insisté, et si... "

Personnellement en tant que thérapeute, cela fut une grosse remise en question. Comment pourrais-je aider des inconnus, alors que je n'ai pas su le faire avec lui ?

Tout simplement parce qu'il a toujours refusé mon aide.


Je reçois parfois des messages de personnes souhaitant que je réalise des soins sur quelqu'un de leur entourage. Je refuse systématiquement.


Pourquoi ?

Tout simplement parce que chaque être humain dispose de ce qu'on appelle le libre arbitre. Pour les thérapeute il en va de leur sens moral et éhtique de respecter cela.

C'est parfois très dur à accepter de laisser le libre arbitre aux personnes que l'on aime. Nous voulons par dessus et cela de manière totalement louable, leur offrir ce que nous pensons être le meilleur pour eux.

Mais même si cela est dur à accepter, nous ne devrions pas intéragir sur les choix de nos proches.

Nous ne pouvons pas, même avec la plus grand bienveillance et tout notre amour sauver les personnes qui refusent de l'être. Voilà pourquoi je refuse de faire un soin sur une personne qui ne m'a pas donné son approbation; voilà pourquoi malgré tout mon amour pour lui, je n'ai pas pu aider mon proche à se sortir du mal être qui l'envahissait. C'est un sentiment terrible, je ne vous le cache pas. Mais c'était son choix. Je l'ai respecté et je respecte aujourd'hui malgré ma tristesse son choix de partir.


"L'amour ne donne aucun droit sur l'autre, seulement le devoir de le respecter"

Jacques Salomé



Ne vous méprenez pas sur ce que je vous dis, je ne vous incite pas à ne rien faire, ne rien dire et laisser vos proches se débrouiller avec leurs difficultés. Proposez leur votre aide, proposez leur une écoute attentive, proposez leur un thérapeute, un médecin ou que sais-je. Mais n'oubliez pas, proposer n'est pas imposer. Leurs proposer votre aide est votre devoir, ce qu'il en fait par la suite, cela lui appartient.






17 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout